Actualités

rassemblement Pogo Manche 2022

Nous étions 7 pogo  à nous affronter et surtout à nous rencontrer et à échanger.

Le Yacht Club de Barneville-Carteret nous a organisé une belle rencontre.

Dés le vendredi soir, les participants se rassemblent dans le chaleureux local du yacht club pour un barbecue. Les marins locaux sont nombreux (6 pogo sont basés dans le port) et les arrivants sont accueillis avec enthousiasme. Nous faisons donc vite connaissance.

Samedi matin, le départ de la régate est donné devant Carteret vers 10H et nous partons pour un grand bord de près par petite brise et grand soleil. Le parcours est simple : laisser Sercq et tous ses dangers à bâbord puis les trois-grunes au retour également à bâbord. Les écarts commencent à se creuser entre les pogo36 et pogo12,50 d’une part et les plus petits d’autre part. Nous arrivons au Nord de Sercq au moment de la renverse de courant, ce qui est très bien pour la suite du parcours. Le contournement de l’île est un peu pénible : il faut tirer des bords dans un vent très faible.  Par contre, les paysages sont magnifiques! Les écarts se resserrent. Puis c’est le retour sous spi. La brise est légère et la ligne d’arrivée encore loin.

Le temps que tout le monde franchisse l’arrivée et rejoigne les pontons, il est 22h. Qu’importe! Le buffet nous attends. Nous mangeons et nous trinquons de bon cœur. Nous sommes heureux de cette superbe journée ensoleillée passée entre pogo.  Bravo au vainqueur : l’équipage de IziPizi.

C’est décidé : nous reviendrons! Le plan d’eau est amusant. Le Yacht-Club est accueillant, les marins sont sympathiques.  A l’année prochaine.

Organisation du 14ème rassemblement Pogo Douarnenez 2022

Rassemblement Pogo Douarnenez 2022

Les samedi 3 et dimanche matin 4 septembre 2022

Admissibilité et inscription

Les parcours  2022 sont ouverts à tous les bateaux des classes Pogo. Le Bongo 9.60 du Winches Club sera aussi de la partie.

Nombre de bateaux maximum trente.

Pour nous permettre l’organisation de cette manifestation, il est demandé de s’inscrire avant le 20 juillet. Au-delà de cette date, les tarifs seront majorés (si places disponibles).

Une inscription ne sera confirmée que lorsque le dossier sera complet (paiement et certificat d’assurance).

Les concurrents n’ayant pas de numéro dans la voile le mentionneront à l’inscription.

Places de port à Douarnenez

La gratuité  est accordé aux bateaux participant à compter du vendredi 2 septembre au soir jusqu’au lundi  5 septembre matin inclus. Si une durée plus longue est nécessaire, on essaiera de trouver des solutions…

La capitainerie fera le maximum pour regrouper tous les Pogo. A cet effet, prendre contact par VHF 9 ou téléphone (02.97.33.59.51) pour l’attribution d’une place.

L’organisation se réserve le droit de communiquer les informations nécessaires à la capitainerie en cas de demande.

Frais d’inscription

Pour participer au Rassemblement, le skipper/propriétaire du bateau devra être à jour de sa cotisation 2022 à l’A.I.P. (15€).

Les frais d’inscription au rassemblement sont de 50€ par bateau pour toutes les séries et quel que soit le nombre d’équipiers, qui sont invités au rassemblement et ne règleront que leur repas.
Inscription à bien vouloir effectuer directement en ligne sur la page https://www.assopogo.net/evenements avant le 20 juillet.

Inscription tardive reçue après le 20 Juillet : bateau 60€. 

Assurance

Chaque bateau participant devra fournir une copie de son certificat d’assurance en responsabilité civile dès la constitution du dossier. Nous avons malheureusement trop de mal à les récupérer.

Bourse des équipiers

Afin que tous les membres adhérents à l’Association puissent participer, même ceux qui pour une raison ou une autre ne pourraient venir avec leur bateau, le Comité Organisateur s’efforcera de les faire embarquer sur les bateaux participants. Nous souhaitons aussi accueillir sur nos bateaux quand ce sera possible des adhérents du Winches Club.

Intendance

Les frais de participation au diner du samedi, au petit déjeuner du dimanche et aux apéritifs des vendredi soir, samedi soir et dimanche midi sont de 25€ par personne. Des personnes n’ayant pas navigué peuvent également y participer. Pour des raisons d’intendance les inscriptions au repas seront closes 8 jours avant le rassemblement. Le règlement se fait de la même manière que pour les frais d’inscription.

Programme

Vendredi 2 septembre

Accueil l’après-midi
Apéro au ponton.

Samedi 3 septembre

9h : Briefing.
10h : Ouverture de la ligne de départ pour le parcours du samedi.
17h30 : Fermeture de la ligne d’arrivée.
19h30 : Apéritif à la Maison du Nautisme suivi du repas des équipages.

Dimanche 4 septembre

A partir de 8h30 : petit déjeuner.
10h15 : Ouverture de la ligne de départ pour le parcours en baie.
13h : Fermeture de la ligne d’arrivée.

Règlement et parcours

Parcours envisagés


Déclaration aux Affaires Maritimes pour ces parcours.

Règles applicables

  • Les règles pour prévenir les abordages en mer (RIPAM)
  • Les règles de classe concernées
  • Courtoisie et bonne humeur

Jauge

  • Chaque bateau doit être conforme aux règles de classe/jauge et armé au minimum pour la navigation à moins de 6 milles d’un abri.

Responsabilité

Chaque équipage participe aux parcours à leurs propres risques. La décision de participer, de continuer ou d’interrompre relève de leur seule responsabilité. L’autorité organisatrice n’acceptera aucune responsabilité, en cas de dommage matériel, de blessure ou de décès, dans le cadre de cette manifestation, aussi bien avant, pendant, qu’après.

 

Le Comité Organisateur constitué, en espérant votre présence !

Très cordialement

Benoît le Masson
Secrétaire de l’AIP

La Ronde sénane 2022

L’Association « Plaisance en Cap Sizun » vous propose une régate le 9 juillet 2022, autour de l’ile de Sein. Il est prévu un classement et même un prix spécial Pogo!

Programme

Vendredi 8 juillet 2022

14h00 : Ouverture de l’Espace RONDE SENANE à la mairie d’Audierne (1° étage)
Début de la confirmation des inscriptions
18h00 : Fin des inscriptions
19h00 : Briefing des équipages dans la cour de l’école Pierre LE LEC.
Présence obligatoire de tous les skippers
19h30 : Apéritif offert

Samedi 9 juillet 2022

07h00 : Ouverture de l’Espace RONDE SENANE pour émargement des équipages
09h30 : Mise à disposition du comité de course de tous les monocoques.
10h00 : mise à disposition du comité de course des multicoques.

​à partir de 18h00 Soirée RONDE SENANE : accueil des concurrents et remise des prix;
à partir de 19h30 : Repas des équipages (suivant les restrictions gouvernementales)
Les lots seront remis UNIQUEMENT aux équipages et personnes présents sur place.

Plus d’informations :

 https://larondesenane.weebly.com/

@larondesenane

Sénane 2022

 

Arrivée de la Cap Martinique

A l’arrivée de la Cap Martinique, deux des trois Pogo 30 engagés sont à bon port :

  • Eric Thomas qui signe une belle 5ème place en temps réel (et 6ème en temps compensé) dans la catégorie Solo.
  • Philippe Gach et Thierry d’Allard qui ont bien bataillé pour leur première transatlantique et qui terminent en 14ème position (16ème en temps compensé).

Pascal Coret sur Vesper est encore en mer, et devrait lui aussi conclure très bientôt une belle aventure!

MAJ du 28/05/2022

Et de trois! Pascal sur Vesper a franchi la ligne le samedi 28 mai à 07 heures 14 minutes 15 secondes (heure locale).

Il reste à ramener les bateaux en Bretagne…

Le rassemblement Pogo 2021, depuis Firefly

 

Cet article a été publié initialement par Randall Watson sur le Pogo Owner Group

Je vous recommande vivement d’adhérer à l’AIP et de participer aux événements de l’association officielle des Pogo. C’est gratuit (presque : 1 €) la première année et seulement 15 € par an ensuite.

Traditionnellement, l’AIP est considéré comme un repaire de francophones – dominé par les francophones. Ce n’est guère surprenant, étant donné que jusqu’à une date récente, ce sont surtout les Français qui s’accaparaient tous les Pogos, ne laissant qu’un seul d’entre eux échapper à leur sphère d’influence. Mais aujourd’hui, le secret est éventé. De plus en plus de propriétaires en Europe et dans le monde découvrent et apprécient la navigation sur de beaux bateaux rapides, conçus pour la plupart sans compromis avec les règles de jauge. Conçus simplement pour aller vite et le faire dans un style simpliste, propre et intelligent.

Les récents efforts de l’association pour traduire l’ensemble de sa présence sur le web en anglais est une réponse à la vague de fond des propriétaires et des fans non francophones, et au désir de beaucoup de ces personnes d’avoir quelque chose de plus. Peter Weigt a fait une grande chose en créant le groupe Facebook Pogo Owner Group, initialement en tant que groupe Pogo 36, puisque Peter et Anja possèdent Ferox, le P36 n°7, puis en l’élargissant à tout ce qui concerne les Pogo. Ce groupe est devenu un point de convergence pour les amoureux du Pogo sur les médias sociaux. J’adore ce groupe, je le consulte presque tous les jours, même si je ne poste pas la plupart du temps.

L’AIP est quelque chose d’un peu différent ; une association indépendante et autonome, pour promouvoir la navigation, la camaraderie et le savoir-faire technique autour de tout ce qui concerne le Pogo. C’est un endroit où vous pouvez poser des questions et obtenir des réponses définitives et pas seulement l’opinion collective non filtrée (et parfois biaisée et parfois fausse) d’un canal de médias sociaux. L’AIP organise des formations (en français jusqu’à présent, mais cela va changer) ainsi que des événements : rallyes, croisières et courses. C’est l’organisme officiel pour les règles de classe pour chacune des séries Pogo (sauf 6.50 et Class40) et, plus important encore, le but de l’AIP est de s’amuser. L’AIP ne remplace pas ce groupe FB, mais le complète.

Dans cet esprit, il y a un certain nombre d’événements organisés par l’AIP en Europe cet été Ils ne sont pas limités à la Bretagne, mais se dérouleront dans une zone géographique plus large. Les rassemblements annuels de Pogo se dérouleront en deux endroits en 2022 : du 2 au 4 juillet à Barneville-Carteret (Normandie), et l’autre, une reprise du superbe événement de 2021, les 3 et 4 septembre cette année encore à Douarnenez. Les bateaux du Royaume-Uni et d’outre-Manche (FR, NL, BE, DE, DK…) devraient déjà s’inscrire pour l’événement de Normandie, et pour septembre, voyons si nous pouvons doubler la participation de l’année dernière. Des plans pour un rassemblement méditerranéen sont en cours.

Voici le compte rendu de Firefly sur le 13ème rassemblement annuel Pogo en 2021.

Il est 20h, c’est le vendredi soir 3 septembre. Je suis en solo sur Firefly (Pogo 36) depuis Brest, à l’extérieur en train d’empanner le code 0 (ok ce n’est pas un vrai code 0) d’avant en arrière dans environ 4-5 knt de brise faiblissante alors que j’essaie de couvrir les derniers milles vers Douarnenez. Le temps joue contre moi et je regrette de ne pas avoir de spinnaker.

Sur le quai, les skippers et les équipages de 15 autres Pogos profitent de l’apéro de bienvenue ; je peux presque entendre leur gaieté, même si je suis au vent. En jetant un coup d’œil sur le traceur, je vois que je vais probablement devoir effectuer deux, voire trois, autres empannages, et que ma VMG est en train de chuter… maintenant en dessous de 3knt Avec le bateau massivement chargé de tous les éléments essentiels et de quelques articles de luxe pour la semaine de croisière qui suivra l’événement, je ne peux raisonnablement pas espérer mieux. Je tire la goupille, enroule le Code 0 et affale la grand-voile. Au moins, de cette façon, j’accoste avant la nuit et j’ai une chance de rattraper les autres.

Une fois à quai, il y a beaucoup de mains prêtes à recevoir les amarres, et quelqu’un (Xavier ?) a attrapé l’étrave et aide Firefly à se glisser sous le tableau arrière de Xanax.

Il y a des Pogos partout !

L’équipe de l’AIP qui est restée sur le quai jusqu’à mon arrivée m’a jeté dans les bras une bouteille de cidre local et un paquet de chips à moitié mangé avec un sourire du genre « Bienvenue à Douarnenez, voici votre Apéro – nous vous en avons gardé ».
Eric, que j’ai rencontré pour la première fois à St. Marine lorsque nous avons récupéré nos 36 en même temps (il est le n° 34, je suis le n° 33), était sur place et m’a invité à les rejoindre dans un restaurant pour dîner (ce qui avait été l’autre facteur de motivation pour descendre les voiles et démarrer le moteur : dîner avant que les restaurants ne ferment !) La nourriture était excellente et la conversation fluide.

Le matin s’est levé bien trop tôt, en tout cas pour moi qui souffre d’un déficit chronique de sommeil (enfants en bas âge). J’ai réussi à me traîner sur le pont et jusqu’au clubhouse à temps pour le premier briefing de la course (masqué et convivial), le café a été un facteur de motivation. Avec une ponctualité que je n’avais auparavant associée qu’aux trains suisses, mon équipe professionnelle francophone, Coralie et sa famille, sont arrivées exactement à l’heure pour m’aider à comprendre le briefing.

« Il n’y a pas de vent, on sort et on part sur une très longue ligne parce que les bateaux sont chers ».
Le parcours est indiqué à l’aide d’épingles et d’un bout de laine rouge sur la carte de la baie, et les marées et la météo sont résumées dans un code crypté connu seulement des gourous de la voile française. De mémoire, le départ avait déjà été retardé de 30 minutes afin que nous ayons au moins quelques zéphyrs flottant autour de nous pour nous encourager.
Alors que je montais à bord de Firefly et que j’accueillais Coralie et son mari à bord, j’entendais déjà leur fille de 13 ans en bas jurer en français : « Qu’est-ce que tous ces trucs lourds font à bord ! On peut les laisser sur le quai ? » . Un équipage parfait !
Nous sommes entre une bouée mouillée juste à l’extérieur du port et le bateau comité à l’extrémité nord d’une longue ligne. Avec une minute d’avance sur le premier avertissement, la tactique à bord de Firefly était de naviguer à l’autre bout de la ligne et de partir à l’extrémité sud en pariant que cela nous donnerait un « léger » meilleur angle à la première marque, puisque nous partions sur un léger reaching – du moins c’était la théorie. Cela a semblé payer très tôt pour nous car nous avons bien commencé, avec le Code 0 et avec un écart de 200m, nous avons progressivement pris de l’avance sur le gros de la flotte et nous avons semblé avoir un peu plus de chance avec les quelques bouffées d’air du matin qui ont osé perturber l’eau plate miroir. La flotte au nord semblait vraiment avoir du mal, certains semblant perdre le cap par moments. Entre une ondulation et la suivante, le Code 0 s’est dégonflé et nous avons été momentanément encalminés avant que le vent ne revienne de façon irrégulière à 1-2knts de l’ouest.

Départ, mer d’huile

Comme des papillons, ou comme les enfants de Coralie le disent, comme des chats, nous nous sommes coulés entre le cockpit et la plage avant, enroulant le Code 0 et déroulant le solent. La plupart des membres de l’équipage ont été envoyés sous le vent et personne n’a été autorisé à bouger. Les minutes et les heures défilent. Le soleil est monté plus haut. Le vent s’est progressivement, presque imperceptiblement, renforcé … du côté nord du parcours d’abord ! Notre bon départ initial s’oublie et au moins quatre bateaux sont désormais devant nous.
Ce qui suit est une bataille épique. Nous savions que nous aurions du mal à rattraper Xanax, qui avait pris une bonne avance grâce au renforcement du vent côté nord, et nous nous sommes donc fixé comme objectif Tea le 12.50 jaune et d’essayer de rattraper Cavok II (Pogo 30).

Photo prise depuis Cavok II… clairement ils sont devant nous…

Avec le vent maintenant stable mais toujours en dessous de 9 nœuds, nous avons vraiment pris le meilleur sur Tea. Mais en virant vers Cap de la Chèvre dans une brise de NW de 11 noeuds, Tea a repris l’avantage dans le vent plus fort et a croisé devant nous. Une fois le Cap passé, nous avons viré sur bâbord avec Tea à 3-400m de notre quart bâbord et avons navigué dans un banc de brouillard de fin d’été. Le brouillard signifiait un peu moins de vent, ce qui favorisait Firefly. Nous avons maintenu notre cap, en luttant contre la marée descendante et en gagnant ce que nous pensions être une hauteur suffisante pour virer sur bâbord et passer la marque (Base Vieille – danger isolé) sur bâbord. Après le virement de bord, il est devenu évident que le courant allait encore nous entraîner sous la marque, mais nous avons croisé devant Tea, et après un court bord sur bâbord pour atteindre la marque, nous avons viré et sommes passés en 4ème position derrière Venullus (1) Xanax (2), et le P30 Cavok II (3) qui s’était éloigné de nous alors que nous nous concentrions sur Tea.

Firefly sur le point d’être dépassé après avoir passé un moment en tête 🙂 (Photo Cavok II ; vous pouvez être sûr qu’à la seconde où vous vous faites doubler, quelqu’un prendra cette photo).

Malheureusement, Firefly n’a pas de spinnaker dans sa garde-robe, et nous avons été rapidement dépassés par Tea après le passage de la marque au vent (mais nous les avons quand même battus à la marque – et c’est ce qui comptait pour nous !)
En enchainant les empannages pour essayer d’obtenir la meilleure VMG, et déjouer les courants de marée, nous avons progressivement perdu, tandis que ceux qui avaient des spinnakers accroissaient leur avance. A l’approche de la ligne d’arrivée, nous avons réussi à tenir tête à la horde de P8.50 sous spinnakers symétriques. Je ne me souviens pas exactement comment nous avons terminé, 5ème ? 6ème ?
En rangeant au retour, le fils de Coralie a pris la barre jusqu’à ce que nous soyons presque au quai Il y a une raison pour laquelle la voile française est en position de force au niveau mondial. Lorsque vous pouvez laisser un enfant de 9 ans amener un bateau de 36 pieds dans une marina étroite et que l’enfant de 13 ans se plaint des réserves d’eau potable comme étant « trop lourdes », vous savez qu’il y a beaucoup de talents dans la voile française.
Le repas du soir et la remise des prix ont été organisés par le Winches Club dans des locaux situés au-dessus de la capitainerie, à deux pas des pontons. Un excellent repas et de nombreux rafraîchissements ont été suivis d’une remise de prix inoubliable, où tout le monde est reparti avec des cadeaux, des casquettes Axxon à un nouveau 9 « B&G Zeus3, des poufs aux housses de tablettes Musto en néoprène, des couteaux avec tire-bouchon (bien nécessaire) fournis par un certain nombre de sponsors importants.

Eric parle après avoir remporté le prix principal, un traceur B&G ZEUS3.

Après cela, ceux qui n’ont pas trop souffert des rigueurs de la journée s’ont allés en ville, ce qui signifiait marcher 200m jusqu’à un débit de boisson situé dans une allée en retrait du quai principal. Quand je suis revenu à bord vers 01h00, les enfants étaient déjà endormis. Coralie s’est couchée un peu avant l’heure du café.
Le briefing du dimanche matin, à 8h30, n’a pas été, je dois l’admettre, très bien compris par le skipper du Firefly. Il est clair que le manque de sommeil et de café y est pour beaucoup. Il y avait du brouillard et la visibilité était parfois < 100 mètres.Le cap serait fixé quelque part, et nous partirions quelque part. La course serait mise en place quelque part, et nous prendrions le départ quelque part. Mais nous devions attendre un peu jusqu’à ce qu’il y ait une sorte de brise. Du moins, c’est ce que j’ai compris.
Dans le brouillard, nous avons cherché une bouée et un bateau comité… il y avait au moins trois bateaux parmi lesquels choisir, qui ont dérivé dans le brouillard et ont été perdus de vue. Le skipper et le second de Firefly ont fait un mauvais choix, et aucun de ces bateaux n’était probablement le bateau comité. Néanmoins, d’après les échanges radio, nous avons établi que la course avait commencé et nous nous sommes mis à faire route vers le nord au près dans un vent de 2 à 3 nœuds, rattrapant lentement la flotte en vue et dépassant encore plus lentement certains d’entre eux. Tout l’équipage est sous le vent sur la plage avant. La brume qui se dissipe peu à peu montre à quel point nous sommes mal partis.

C’est Firefly à l’extrême droite peu après le départ (Crédit photo incertain).

Nous suivons le sillage de Venulus et passons lentement devant un certain nombre d’autres bateaux, en gardant les deux 12.50 et Xanax dans notre ligne de mire. Nous scrutons l’horizon pour voir la marque. Le comité de course a demandé par radio s’il y avait de la brise à la bouée au vent et, à notre grande surprise, Praia Branca (P 8.50) a répondu qu’ils étaient en train de la virer. Nous ne pouvions même pas le voir ! D’une manière ou d’une autre, caché dans le brouillard, Guy avait doublé tous les autres bateaux, en passant la marque bien avant que beaucoup ne la voient, il a hissé son grand spi de petit temps et s’est élancé en tête vers la victoire. Bien joué !

Praia Branca « s’élançant » vers la victoire

A ce moment-là, Xanax et deux autres ont viré de bord pour essayer de trouver de l’air à l’Est, mais lorsque le soleil a percé, la brise est tombée complètement et les bateaux qui se trouvaient à quelques centaines de mètres à droite du parcours se sont retrouvés scotchés sur une mer d’huile.

A bord de Firefly, nous avons gardé notre sang-froid, sachant que nous devions également tirer des bords pour atteindre la marque. En regardant le vent tomber, nous n’avons pas osé bouger un seul muscle, maintenant une vitesse d’un nœud environ – parfois même presque 2 nœuds avec seulement 1 nœud de vent réel.

Apparemment le vent est en panne…

Avec précaution, tous les membres de l’équipage non essentiels se sont mis à la gite et nous avons viré de bord, l’équipage se déplaçant avec fluidité de l’autre côté. J’ai fait passer les lattes de GV d’une seule pichenette et nous sommes sortis du virement en ayant maintenu notre vitesse, glissant sans une ondulation vers la marque. Malheureusement pour nous, Tea a viré juste devant en arrivant par l’arrière, mais nous étions toujours devant Xanax. Yay!

Au portant, nous avons trainé, mais c’était une répétition de la veille, car Firefly sans spinnaker a été progressivement dépassé par ceux qui en portaient. Maudits spinnakers !

Le temps que nous atteignions la ligne d’arrivée, Guy était ancré à proximité et pilotait son drone pour capturer de superbes images alors que la brise se renforçait lentement pour le reste de l’après-midi, à temps pour que nous puissions retourner au quai et faire nos adieux alors que plusieurs équipages pliaient bagage pour rentrer chez eux, tandis que d’autres se retiraient au club pour un rafraîchissement d’après course.

 

Photos : Guy Jestin

C’était un week-end formidable et je le recommande vivement. J’attends avec impatience le même événement cette année, et je recommande vraiment de rejoindre l’AIP et de s’amuser.

Départ de la Cap Martinique

Départ demain dimanche 1er mai, à 15h, de la Cap Martinique : La Trinité-sur-mer – Fort de France.
Trois Pogo 30 seront sur la ligne :

  • Cavok II (Fegaye), Philippe Gach et Thierry d’Allard;
  • Vesper (CDC Développement Solidaire), Pascal Coret;
  • Big Z (Imagine for Margo), Eric Thomas.

Chaque bateau porte les couleurs d’une association.

Tous les détails sur https://cap-martinique.com

L’AIP leur souhaite bon vent, nous allons les suivre sur la cartographie !

Mise en service du site anglophone

Le site de l’AIP devient bilingue français-anglais. Cela va permettre de mieux communiquer avec nos adhérents non-francophones.

Tout n’est pas encore traduit, mais c’est déjà un progrès important.

Il reste à rendre bilingue la gestion des profils, les petites annonces et la cartographie AIP, et régler de nombreux petits détails…

Les forums ont un fonctionnement particulier : quand un sujet ou une réponse sont publiés, ils sont immédiatement dupliqués (à l’identique) dans l’autre langue. Il appartient à chaque rédacteur de les traduire ensuite effectivement.

Le système d’abonnement aux forums et aux sujets  devra être revu pour permettre d’envoyer la version française ou anglaise, en fonction du choix des abonnés.

Belles navigations,

Le bureau de l’AIP