Mots-clés : , ,

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Auteur
    Messages
  • #2056
    Avatar
    Xavier (Corto)
    Participant

    Bonjour à tous

    Après 10 ans de service, j’ai décidé cette année de changer le gréement dormant de Corto (Pogo 8,50) et de démâter pour la première fois. Bien m’en a pris car j’ai constaté au niveau de l’étambrai une corrosion sur 1/3 de la circonférence du mât au contact du joint d’étambrai. Celle ci, par endroit, atteint au moins 1 mm d’épaisseur. Je suis évidemment inquiet. Avez vous eu connaissance d’un problème similaire ? Quelle solution avez vous apportée ? Merci de votre aide. Amicalement.

     

     

    #2163
    Avatar
    Xavier (X-Ray)
    Participant

    Bonjour Xavier,

    Après dix sept ans mon mât n’a pas ce problème. Je l’ai refait personnellement  il y a deux ans chez Tonnerre. Lors du remontage, ils m’avaient conseillé de centrer le mât une fois posé à l’aide des winchs puis de remplir l’espace avec du bout enroulé.Ton problème ne semble cependant pas être unique puisqu’un propriétaire se préparant pour la transquadra m’a indiqué  à La Trinité il y a un mois avoir eu le même souci. Il m’avait indiqué qu’un chantier lui avait proposé de mettre deux demies coques en résine dans l’emplanture . Je  pourrais  te conseiller de prendre contact avec les propriétaires de 8,50 actuellement sur le terre-plein potence de la Trinité pour plus de renseignements.

    Bien cordialement Xavier

    #2257
    Avatar
    Xavier (Corto)
    Participant

    Etambrai Corto 2019

    #2258
    Avatar
    Xavier (Corto)
    Participant

    Etambrai mat Corto n°2

    #2259
    Avatar
    Xavier (Corto)
    Participant

    Merci Xavier.

    #2260
    Avatar
    Xavier (Corto)
    Participant

    Bonjour à tous,

    Après de multiples avis d’experts en matière de métaux, des chantiers de Combrit et de Zspare, nous avons convenu que la seule solution acceptable en matière de sécurité et de performance était de changer le tube du mat. Aucun risque à prendre sur une partie que l’on ne peut surveiller. Et surtout pas celui d’un démâtage au large de Yeu, toutes voiles dehors… Le “manchonnage” était techniquement et financièrement une alternative que je n’ai pas retenue.

    L’érosion est probablement mécanique et corrosive, le mât ayant pu “pomper” et subir la corrosion de l’eau de mer infiltrée par l’étambrai. Si vous avez d’autres hypothèses ?

    En attente du nouveau tube, en espérant être sur la ligne de départ de l’ArMen à temps.

    Amicalement.

     

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.